Loader
«Demander une question» n’existe pas!
19679
post-template-default,single,single-post,postid-19679,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,vss_responsive_adv,vss_width_768,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge 18.1,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive

«Demander une question» n’existe pas!

Vous avez un panel à animer, une rencontre avec des clients, une présentation interactive lors d’une conférence, bref, une discussion à enrichir.  Qui dit discussion dit immanquablement questions. Avez-vous déjà « demandé une question? ». Si oui, sachez que cette formule, en français, n’existe pourtant pas.

 On vous propose donc ces différentes formules :

« J’aimerais vous poser la question suivante. »

« J’aimerais vous lancer une question. »

Pourquoi? Parce ce que « demander une question » est tout simplement un emprunt à l’anglais to ask a question.

Vous serez d’accord avec nous pour dire que « Demander une question » signifie questionner !

On peut employer les phrases suivantes :

« J’aimerais vous questionner sur les résultats du sondage. »

« J’aimerais vous questionner à propos du bien-fondé de ce projet.»

 

À noter que :

Ce verbe ne signifie pas, comme en anglais (to question) mettre en doute, douter de, contester, mettre en question et s’interroger sur.

Nous pouvons dire :

« Le conseil d’administration a mis en question les résultats de ce sondage »

« Je me questionne sur le bien-fondé de ce projet »

Nous ne pouvons pas dire :

« Le conseil d’administration a questionné les résultats de ce sondage »

« Je questionne le bien-fondé de ce projet »

Pourquoi? Parce que le verbe « questionner », au sens figuré, ne peut s’employer avec un complément inanimé. On ne peut questionner une chose, mais bien une personne qui pourra d’ailleurs répondre à nos questions.

En espérant avoir répondu à vos questionnements? N’hésitez pas à nous poser vos questions J

 

Sources : Office québécois de la langue française

CHOUINARD, Camil (2001). 1300 pièges du français parlé et écrit au Québec et au Canada, Montréal, Libre expression, 315 p.

VILLERS, Marie-Èva de (2009). Multidictionnaire de la langue française, 5éd., Montréal, Québec/Amérique, xxvi-1707 p.

Par : Caroline Côté, animatrice au sein du réseau d’animateurs professionnels chez Eklosion

 

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire