Eklosion | Animation, Maître de cérémonie, Service conseil | 8 conseils techniques pour une prise de parole réussie lors d’une remise de prix
16506
post-template-default,single,single-post,postid-16506,single-format-gallery,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,vss_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
  • Conference
  • Conference

11 Fév 8 conseils techniques pour une prise de parole réussie lors d’une remise de prix

Avez-vous déjà pris le temps de penser aux aspects techniques et logistiques entourant votre prise de parole en public, dans le contexte de votre prise de parole lors d’une remise de prix?

Voici 8 conseils techniques à considérer et à intégrer à vos répétitions, dans les jours qui précéderont l’événement.

Votre professionnalisme contribuera à rehausser votre image personnelle, ainsi que celle de l’organisation que vous représentez. Qui dit mieux?

Salle-01

1. En arrivant au lutrin, ajustez les micros à la hauteur de votre bouche

Ces quelques secondes d’ajustement technique vous donneront le temps de prendre une grande respiration par le ventre, ce qui donne plus d’oxygène et de souffle quand on est un peu nerveux. Vous pourrez aussi, avant de prendre la parole, balayer rapidement l’auditoire du regard, dans le mesure où l’éclairage n’est pas trop aveuglant. Enfin, cet ajustement fera également plaisir à la fois au sonorisateur et au photographe!

2. Au lutrin, ne collez pas votre bouche sur le micro

Ce n’est pas nécessaire : les micros à votre disposition sont faits pour accueillir différents orateurs et avant votre arrivée en salle, le sonorisateur a pris soin de faire les tests de son afin de s’assurer que tous puissent être entendus. D’ailleurs, faites confiance au sonorisateur qui sera aux aguets dès vos premiers mots pour ajuster la force du son en salle afin que votre voix porte dans la salle et que vos propos soient bien entendus. (Autrement dit, éviter de demander « est-ce que vous m’entendez ? » : ce n’est ni bénéfique pour votre image, ni agréable pour l’ingénieur de son.)

3. Parlez avec une voix énergique

Si vous anticipez avoir à monter sur scène, pratiquez à l’avance votre allocution et portez attention à ce que la force de votre voix soit soutenue. Il ne s’agit pas de crier (à moins que le propos l’exige, mais cela est plutôt rare…), mais de donner assez de puissance pour que votre présence sur scène soit appréciée de ceux qui vous écoutent et pour faciliter la diffusion du son dans la salle. À l’inverse, si vous parlez très bas, le sonorisateur aura mal à vous amplifier et c’est dans de telles situations que parfois, on entend un « feedback » dans les haut-parleurs puisque sur la console de son, il aura fallu augmenter ce qu’on appelle le gain de son. Bref, soyez naturel… et énergique!

4. Apprenez à composer avec les silences payants

Les silences ne sont pas faciles à apprivoiser lorsque tous les regards sont tournés vers nous, tout comme les éclairages saillants qui habillent l’avant de la scène. Pourtant, savoir insérer un ou des silences au cours d’une allocution peut être très bénéfique pour mettre en valeur une idée ou encore, inviter indirectement son auditoire à réfléchir aux propos que vous tenez. N’en abusez pas, mais si vous pouvez les utiliser à bon escient, vous en sortirez inévitablement gagnant !

5. Respectez le temps qui vous est alloué

Vous serez d’autant plus respecté comme partenaire, présentateur ou récipiendaire si vous respectez le temps qui vous a été alloué pour prendre la parole. Cela exige d’être concis dans vos propos et ce, parfois, malgré l’enthousiasme… mais ça aura l’avantage de vous amener à identifier quels sont les deux ou trois messages clés que vous désirez transmettre et que vous souhaitez que l’auditoire retienne.

Aide-mémoire : en moyenne, nous prononçons 100 mots à la minute. Faites l’exercice, une fois que vous aurez identifié les grandes lignes de votre allocution, de minuter votre performance à voix haute. Vous pourrez alors ajuster la longueur de votre texte ou le nombre d’idées à partager.

6. Prenez votre temps

Avec notre respiration qui s’emballe avec la nervosité, les chances que notre débit s’accélère lorsque nous sommes sur scène sont plus grandes. Prenez donc le temps de bien respirer avant d’entreprendre votre allocution, vous ralentirez ainsi votre rythme cardiaque et votre débit. Bien vous faire comprendre de votre audience, tout en maintenant l’énergie qui accompagne votre enthousiasme bien sûr, voilà une cible à ne pas rater pendant le court laps de temps qui vous est alloué pour votre allocution.

7. Remplacez les feuilles par des cartons

Priorisez toujours d’imprimer vos notes d’allocutions sur de petits cartons plutôt que sur de grandes feuilles qui auront été pliées et repliées, qu’on remarque d’ailleurs froissées lorsque des caméras rediffusent les présentations sur grands écrans et surtout, qui contiennent souvent un texte complet qui n’est pas, idéalement, l’outil idéal pour établir une connexion avec son auditoire et réussir sa communication en public.

Sur les cartons, notez les idées sur lesquelles porteront votre allocution, puis faites-vous confiance grâce à votre connaissance du sujet pour lequel vous prenez la parole ainsi qu’au temps que vous vous serez donné pour répéter votre allocution avant la journée de l’événement. Puis laissez émerger la spontanéité, votre auditoire l’appréciera et vous en remerciera par ses applaudissements nourris.

8. Intégrez ces astuces techniques qui vous faciliteront drôlement la vie :

  • Assurez-vous d’imprimer uniquement d’un côté (recto) afin que vous puissiez glisser les cartons / feuilles sur le lutrin de gauche è droite (ou l’inverse), et non les tourner comme on tourne les pages d’un cahier.
  • Privilégiez un format Arial (police standard), un format de 14 ou 16 points, et le double interligne
  • Si vous utilisez une tablette électronique, assurez-vous aussi que le format de l’écriture sera assez grand : rien de pire que d’avoir une police d’écriture trop petite et de devoir ralentir le débit de son allocution à cause de cela
  • Si vous utilisez une feuille 8,5 x 11, dans le bas de celle-ci, laissez une marge blanche d’au moins le tiers de la page : il est préférable d’imprimer quelques feuilles de plus au lieu d’avoir à baisser tellement la tête pour lire votre texte… que votre voix sera étouffée par le fait que votre cou soit trop replié
  • Éditez vos notes d’allocution à la main : encerclez les mots importants pour les faire ressortir, placez une barre verticale entre deux segments de phrase ou deux idées afin de marquer une pause de la voix
  • Privilégiez toujours de noter les idées principales de votre allocution, au lieu d’un texte suivi que vous pourriez lire sans décoller les yeux du lutrin et donc, sans établir une réelle connexion avec l’auditoire

 KLSquare9

Bons préparatifs et sur scène, soyez vous-mêmes et ne vous prenez pas trop au sérieux : vous y prendrez plaisir et  performerez d’autant plus!

Pour des conseils personnalisés et une séance de préparation avant votre prochaine prise de parole en public, communiquez avec Eklosion : karina@eklosion.ca.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire